Les jeunes et la vue

La vue chez l'enfant : les étapes-clés

En quelques mois, bébé affine sa vision et ses progrès sont impressionnants ! Voici les grandes étapes de l’acquisition et du développement de la vue chez le nourrisson et l’enfant.

Avant la naissance

Les yeux se forment très tôt chez le fœtus. A cinq mois et demi on peut voir, sous échographie, que bébé réagit de façon surprenante à la lumière. Sa tête et ses yeux se détournent quand on oriente alternativement de gauche à droite une lampe torche en direction du ventre de la maman.

A la naissance

Le nouveau-né voit comme à travers un verre dépoli. L’acuité n’est que de 1/20, c’est-à-dire 20 fois moins que la normale mais suffisante pour déclencher quelques comportements visuels :
•Il perçoit certains détails d’un visage.
•Il peut suivre des yeux une source lumineuse qui se déplace lentement (ex : écran d’un téléphone portable).

Les premières semaines

à la fin de la première semaine, il reconnaît le visage de sa mère et à 3 semaines, celui de plusieurs personnes.

2 mois

•Le nourrisson cherche le regard de sa mère ou de son père.
•Son champ de vision est encore restreint, il faut se mettre face à lui pour qu’il voie.
•Ses yeux peuvent loucher, surtout quand il est fatigué ou près de s’endormir : rien d’anormal si cela disparaît quand il est bien éveillé.
•Son développement (sourires, rires…) indique que la maturation de la vision est harmonieuse.

3 mois

•Son acuité visuelle est de 1/10ème
•Son œil est sensible aux couleurs, mais son cerveau ne sait pas encore s’en servir.
•Il devient très réactif à tout ce qui bouge.
•Jusqu’à cet âge, les ouvertures des paupières sont souvent un peu asymétriques du côté du nez. Cela peut faire penser que l’enfant louche : en cas de doute parlez-en à votre médecin traitant.

4 mois

•Bébé acquiert la vision du relief, indispensable pour se repérer dans son environnement.
•Il s’intéresse aux objets plus lointains. Il guide sa main pour les attraper
•Son regard est bien contrôlé, il est bien éveillé.

6 mois

•Son acuité visuelle est de 2/10ème.
•Bébé distingue sans problème les objets et fait bien la différence entre le pot de yaourt et le petit pot d’épinards !
•Son champ de vision s’est élargi, il explore beaucoup l’environnement.

Entre 7 et 8 mois

Chaque main peut agir indépendamment, ce qui traduit le développement des relations entre les deux hémisphères cérébraux. Il comprend de mieux en mieux les intentions de l’adulte. On peut obtenir qu’il se retourne vers le visage de sa mère, ou de son père, après lui avoir dit « regarde maman » !

9 mois

•Son acuité visuelle est de 3/10ème
•Les éléments essentiels de la vision sont en place.
•Bébé peut commencer à apprendre à identifier les personnages, animaux, etc.

A partir de 12 mois

Son acuité visuelle est de 4/10ème. Bébé marche et explore son environnement. Sa vision lui permet de tout voir, et donc de pouvoir commencer à apprendre le nom et l’utilité des objets qui l’entourent. Il apprend également à gérer son espace : escaliers, trottoirs.

Vers 3 - 4 ans

Ce n’est que vers 3-4 ans, lorsque les yeux auront pratiquement atteint leur développement adulte que l’acuité visuelle atteindra 10/10ème.

Vers 6 - 7 ans

Le cerveau a fini son éducation visuelle et l’acuité atteint sa valeur adulte. Certains enfants pourront même avoir 13/10ème d’acuité visuelle.

Anomalies visuelles ? Pensez à faire dépister votre enfant !

Comme 2 Français sur 10 vous pensiez peut-être qu’il était impossible de détecter des anomalies visuelles avant que votre enfant n’atteigne l’âge de 6 ans ? C’est pourtant la période la plus propice pour le faire ! Si comme 4 Français sur 10 vous pensiez que ces mêmes problèmes ne pouvaient aller qu’en empirant ? Encore une fois c’est une idée reçue ! C’est ce que déclarent l’Association nationale pour l’amélioration de la vue (ASNAV) et la Société Française de Pédiatrie.

Les signes d’appel dès tout petit

S’il n’est pas toujours simple de détecter les anomalies visuelle chez l’enfant, il existe des signes, dits signes d’appel, qu’il est important de surveiller selon son âge.
•Avant les quatre mois de votre enfant, il vous faudra surveiller la présence d’un strabisme, l’errance du regard ou encore des absences de clignement des yeux ou de réflexe.
 
•Dès l’âge de 6 mois, il faudra observer sa fréquence à plier des yeux, à fermer régulièrement un œil et même le rapport à son entourage.
 
•Plus tard, lorsque votre enfant aura atteint 2 ans, des signes comme la fatigue, les problèmes de coordination ou encore des problèmes de lecture peuvent-être des signes d’appel.

Plus le dépistage est précoce, plus les chances d’amélioration sont grandes.

Si vous détectez des signes d’appel ou si vous choisissez de faire dépister votre enfant en raison de vos antécédents familiaux, sachez que le plus tôt sera le mieux. En effet, si le traitement commence après l’âge de 8 ans, il ne permettra pas à l’enfant de recouvrir toutes ses capacités visuelles. A contrario, si l’anomalie est traitée à temps, 70% des capacités visuelles pourront être récupérées avant l’âge de 7 ans. Ce chiffre s’élève même jusqu’à 90% avant les 2 ans de l’enfant.

Les troubles fréquents chez les enfants : l’amblyopie et le strabisme

Dès le plus jeune âge, les deux grandes anomalies visuelles qu’il est le plus fréquent de rencontrer sont l’amblyopie et le strabisme. Dans le cas de l’amblyopie, l’enfant possède une insuffisance de certaines aptitudes visuelles qui ne sont pas améliorables par correction optique. Le strabisme, en plus d’être un problème esthétique, correspond à une déviation des axes visuels et altère ainsi la vue. Les troubles de la réfraction comme l’hypermétropie, la myopie ou encore l’astigmatisme comptent également parmi les troubles qui apparaissent très tôt.

Pensez donc à consulter votre médecin ou ophtalmologiste qui pourront dépister, vous conseiller, vous orienter et vous suivre dans l’amélioration de la vision de votre enfant. De leurs côté, les opticiens VISALIS seront heureux de vous aider en vous proposant des lunettes adaptées à votre enfant, en prenant en compte son rythme de vie, son confort visuel et ergonomique et bien entendu, il faudra que la monture lui plaise pour qu’il ait plaisir à porter ses lunettes !